reception
reception

La ferme biologique de Vang Vieng – le projet

Découvrir qu’un projet comme Green Vietnam pouvait exister dans cette partie du monde a été une excellente surprise doublée d’une expérience enrichissante. En quittant ce lieu, je me suis alors demandé si d’autres initiatives comparables pouvaient éventuellement se trouver dans les pays qu’on traverserait prochainement. C’est comme ça que je suis tombé sur le site internet d’Echoway, une association de voyageurs bénévoles qui ont compulsé un important nombre de projets « éco-touristiques » à travers le monde pour former un guide de voyage alternatif.

Ça devient un peu une révélation, une sorte de nouveau départ, une possible réponse aux questions qu’on se pose en tant que touristes responsables : concilier notre envie de découverte avec une approche écologique et solidaire.

Le descriptif de la ferme biologique située au nord de Vang Vieng est très alléchant (ici) : ce sera donc notre destination après Luang Prabang.

Le lendemain de notre arrivée (que Céline vous raconte ici), le propriétaire, Mr T (abréviation pour Thanongsi), nous raconte la création du site en nous présentant les lieux. Il nous explique que le but premier de ce projet est de prouver par l’exemple qu’il est possible de vivre et de se nourrir tout en respectant l’environnement.

Mo au milieu des champs de mûriers

Au départ, en 1996, quand il achète des terres ruinées par les pesticides et la mono-culture intensive, personne ne croit en cet homme qui n’a jamais été agriculteur et qui prétend vouloir faire changer les choses. Personne, pas même sa femme qui ne le rejoindra que 3 ans plus tard. Il faut dire qu’il a choisi quelque chose de très spécifique : planter des mûriers et utiliser leurs feuilles pour nourrir des vers à soie. Récupérer cette soie biologique est une activité qui demande énormément de patience, de savoir-faire et des personnes extrêmement compétentes qui sont de véritables infirmières à vers !

Malheureusement cette activité n’existe plus à l’heure actuelle, car Vang Vieng est aussi une ville bien connue des jeunes backpackers occidentaux (et surtout des australiens) comme étant un lieu de débauche d’alcool, de drogues et de musique diffusée à gros volume toute la journée dans des bars qui donnent sur la rivière très proche de la ferme. Les vers à soie, particulièrement sensibles, n’ont pas supporté toute cette agitation et sont morts. Heureusement pour nous, le calme est revenu depuis plusieurs mois dans le coin et les bars ont dû fermer (plus d’explications ici). Mr T espère pouvoir relancer la fabrication de la soie dans les meilleurs délais.

Même si ça a été très difficile, cet événement n’a pas condamné la ferme à disparaître car Mr T avait su diversifier ses activités bien avant l’arrivée du tourisme de masse. Les mûriers ne servaient pas seulement à nourrir les vers : les feuilles permettent aussi de faire du thé et des fruits on obtient des jus, des confitures et même du vin de mûres (surprenant !). Ces produits sont tous vendus au restaurant où l’on retrouve sur la carte du fromage de chèvre bio.

Une pub Chavroux

C’est grâce à un échange de compétences qu’un berger français va donner ses premières chèvres à Mr T en lui expliquant les bases de l’élevage et de la fabrication du fromage.

Une partie des bénéfices générés par les différentes activités de la ferme a servi à créer une association d’accès à l’éducation pour tous qui permet à de nombreux enfants des communautés environnantes d’aller à l’école, grâce à un bus spécialement affrété au ramassage scolaire, et de manger correctement à la pause déjeuner, grâce à des repas pris en charge par la ferme.

15 ans après la création du projet, son créateur a vieilli et ça n’a pas été évident de discuter avec lui comme on l’avait fait avec Quang à Green Vietnam. Mais l’essentiel c’est que Mr T ait réussi à prouver qu’il est possible, même dans un pays particulièrement « pauvre » comme le Laos, de vivre en respectant l’environnement.

,

Abonnez-vous !

Recevez les derniers articles du blog directement dans votre boîte mail ou sur votre réseau social préféré !

reception

5 Réponses pour “La ferme biologique de Vang Vieng – le projet”

  1. Numa 04/10/2013 à 20:27 # Répondre

    http://issuu.com/neonmag/docs/neon-06-fevrier-mars-2013

    C’est la page de présentation d’un article d’une nouvelle revue « djeun’s ». (sur la débauche australienne à Vang Vien)

    • Numa 04/10/2013 à 20:28 # Répondre

      3 ème page « Very Bad Trip »
      Malheureusement l’article n’est pas en ligne, juste une photo qui donne la température!

  2. Mam Katy 04/12/2013 à 14:16 # Répondre

    J’ai vu la photo en question : ça fait vraiment peur et honte aussi. Il faut mettre un peu d’ordre dans cette pagaille absurde !

  3. Véro Latutu 04/17/2013 à 02:04 # Répondre

    Je ne peux pas m’empêcher de mettre en commentaire que tu me fais penser à Manon des sources sur cette photo !!! Allez bisous les louloux et vite vite vite, donnez des nouvelles et postez plein de nouveaux articles !!!

  4. Maude 03/15/2014 à 17:33 # Répondre

    Salut!

    Très chouette de lire votre escapade à la ferme biologique de Vang Vieng!
    J’aimerai pouvoir discuter avec vous un peu plus de votre expérience là bas et tout conseil peut être enrichissant : je fait partie d’une association de 5 étudiants en BTSA Gestion et Protection de la Nature, nous allons réaliser un stage de coopération internationale au Laos. Cette structure à vivement éveillé notre attention et nous cherchons des personnes comme vous qui avez étés sur place. Nous aimerions en savoir plus et souhaitons faire de ce stage un échange, mais déjà échanger avec vous peut nous apporter beaucoup!
    vous pouvez me contacter à maude.o@orange.fr
    Merci bien et bonne route!

Laisser un commentaire