reception
reception

Lviv, aux portes de l’Europe

C’est en train de nuit et en kuppe (cabine de 4 couchettes) qu’on quitte Kiev pour Lviv, la plus grande ville de l’ouest de l’Ukraine. Eugene, l’autostoppeur ukrainien croisé à Irkoutsk nous avait chaudement recommandé la visite de cette localité. L’avis d’un voyageur rencontré dans un coin du globe est souvent suffisant pour se choisir un itinéraire.

L'homme du train

Couchsurfing, suite et fin

Jusqu’à présent, on avait la chance de notre côté pour chacune de nos demandes d’hébergement. Même si elles ne nous laisseront pas toutes un souvenir indélébile, chaque rencontre que nous avons faite s’est révélée positive. À Lviv, le jeune couple qui nous offre le gîte n’a, semble-t-il, pas trop envie de discuter avec nous. Le charme de la découverte de la nouveauté n’opère pas. Inutile d’insister, nous ne resterons qu’une nuit. Après plus d’un mois et demi à dormir chez les gens, il est temps de faire une pause. D’autant qu’on prévoit de finir notre séjour ukrainien dans une ferme où le confort est sommaire. On se prend donc une chambre dans une auberge, histoire de se reposer un peu.

Dans un café

Pharmacie-musée

En arrivant à Lviv, on découvre une ville qui rompt avec l’héritage de l’architecture soviétique. Point d’avenues rectilignes ou d’immeubles austères, le centre-ville historique est fait de rues piétonnes pavées et de ruelles étroites qui nous rappellent qu’on se rapproche irrémédiablement de l’Europe de l’Ouest.

Sur Rinok square

On flâne tranquillement au cœur de cette cité quand on trouve une pharmacie un peu spéciale. Contre un modique droit d’entrée, on dépasse le comptoir pour pénétrer dans un musée qui retrace l’histoire des apothicaires en exposant de vieilles fioles, d’anciens outils de mesure ou de fabrication de remèdes. La visite se poursuit dans 16 salles qui font le tour de l’immeuble. Au sous-sol, on découvre l’atelier de l’alchimiste.

Le pot

Dans cette ville plus que millénaire, l’intérêt de conservation de ce type de bâtiments est grand. L’ensemble architectural du centre-ville de Lviv est en effet classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Bien que méconnue, cette ville d’Ukraine, sortie intacte de la dernière guerre mondiale, est magnifique et ressemble quelque peu à Prague.

D'époque

Kiev 2, le retour

Sasha – notre hôte à Kiev – et ses amis ont décidé de nous rejoindre à Lviv pour le weekend quand ils ont su que cette ville faisait partie de notre programme ukrainien.

Sasha et Sasha

On retrouve l’ambiance festive de la capitale avec ces jeunes enchantés de nous faire découvrir les bars, restaurants et autres attractions de Lviv. On se laisse guider pour notre plus grand plaisir. On teste quelques spécialités locales à base de vodka, et des choses plus saines comme le bortsch servi dans un pain récipient.

Le Bortsch

Situation politique

Le soir de notre arrivée à Lviv marquait le début des rassemblements pro-européens qui ont secoué le pays pendant plusieurs semaines. Dans cette ville, naturellement tournée vers l’Europe, la mobilisation a été forte, et la place sur laquelle les manifestants se retrouvaient n’a jamais désempli. Sur le moment, on ne s’est pas trop documenté sur ces évènements. On a seulement demandé aux jeunes ce qu’ils en pensaient. Pour eux, l’adhésion à l’Union européenne représente surtout la possibilité de voyager en Europe sans visas qui sont apparemment assez difficiles à obtenir. Ils n’avaient pas de convictions politiques très marquées et regardaient un peu de loin le début de ces évènements. Concernant ces mêmes rassemblements, on a eu particulièrement froid dans le dos en voyant une bande de jeunes néo-nazis qui paradaient fièrement devant l’hôtel de ville de Lviv. Ils exhibent ces symboles d’une autre époque et s’allient aux pro-Européens pour témoigner leur haine à l’égard de la Russie qui s’intéresse de près au cas de l’Ukraine.

L'Ukraine et l'Europe

La situation est donc loin d’être évidente pour ce pays tiraillé entre 2 puissances qui font de l’adhésion de l’Ukraine à leur « bloc » respectif, un enjeu géopolitique de la plus grande importance. Affaire à suivre…

Au vert

En ce qui nous concerne, il est grand temps qu’on aille se mettre au vert. Depuis Moscou, nous n’avons sillonné que des villes. La campagne nous manque cruellement. On embarque dans un bus qui va nous conduire de Lviv à Khust, dans le sud du pays, tout près des frontières avec la Roumanie et la Hongrie…

L'arrêt de bus

Liens

Quelques liens vers des articles du Monde pour plus d’informations sur ces manifestations pro-européennes :

- un article qui résume assez bien la situation

- un article sur les ultranationalistes qui ont investi le mouvement

 

,

Abonnez-vous !

Recevez les derniers articles du blog directement dans votre boîte mail ou sur votre réseau social préféré !

reception
Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire