reception
reception

4 jours de rando à Hsipaw

Comme souvent (tout le temps ?), on n’avait pas de plans précis pour notre séjour en Birmanie. Après Bagan, on avait pensé pouvoir se rendre facilement dans des coins reculés de l’état du Chin qui borde le Bangladesh. Trop d’informations contradictoires nous ont incitées à renoncer. Après notre passage éclair à Mandalay, on a donc décidé de poursuivre à l’est et de rejoindre la ville de Hsipaw.

Un trek sinon rien

La plupart des voyageurs qui pointent le bout de leur sac à dos dans cette petite ville du grand état du Shan viennent pour user leurs godillots. Sauf se relaxer, il n’y a pas grand chose d’autre à faire ici que de randonner. Alors comme on aime avaler des kilomètres de pistes poussiéreuses en plein soleil au milieu de splendides paysages, on n’hésite pas une seconde. On choisit un trek de 4 jours. On boucle nos sacs à dos, on est fin prêts à affronter la « jungle » birmane.

Les montagnes près de Namhsan

Hsipaw – Namhsan

Avant de commencer à marcher, il faut rejoindre la petite localité de Namhsan située dans les hauteurs, à 60 kilomètres de Hsipaw. On embarque dans un camion benne – en fait un tuk tuk amélioré au confort spartiate – qui n’excédera pas le 20 km/h de moyenne sur la piste défoncée. Oui oui, c’est un trajet qui nous prendra 3 bonnes heures et qui nous filera, en plus, de sérieuses envie de tout régurgiter.

Sans commentaire

On essaie de retrouver un peu de contenance quand on se fait débarquer devant l’unique guesthouse du patelin pour pouvoir comprendre ce qu’il nous arrive. En fait, le guide avec qui on devait partir ce matin (midi en fait), a déjà mis les bouts avec 2 autres touristes. Qu’à cela ne tienne, un monsieur d’un certain âge qui parle très bien anglais, nous propose de le remplacer au pied levé. On monte à 3 sur son scooter déglingué, moteur éteint dans les descentes, pour rejoindre son village un peu plus bas, histoire qu’il rassemble quelques affaires avant le départ. Grand moment !

Une nuit au monastère

Après le repas qu’il nous a concocté, on est enfin partis sur les sentiers vallonnés au milieu des plantations de thé. Il est déjà 15 heures mais il n’y a que 2 heures de marche jusqu’à notre première étape : un monastère bouddhiste. C’est pas Tintin au Tibet mais ça y ressemble un peu quand même ! Enfin, surtout parce que c’est notre première nuit dans un monastère. Les paysages ont plus à voir avec la Suisse (succession de collines verdoyantes) qu’avec la chaîne de l’Himalaya.

La vie monastique

On nous installe nos paillasses dans une pièce réservée aux gens de passage. On se douche à l’eau froide et on apprécie la simplicité des bonnes choses en avalant une soupe de nouilles dans la gargote située dans le village qui entoure le monastère bouddhiste. Santi, notre guide, a 63 ans et exerce ce métier depuis 15 ans. Il nous apprend qu’il y a 2 mois, en raison du conflit des minorités Shan et Palaung avec les Birmans, tous les treks de la région étaient interdits aux touristes. On a vraiment du mal à imaginer un seul instant qu’il puisse il y avoir une escarmouche dans des endroits comme ce village.

Kélig et Sandy, notre pimpant guide de 63 ans

À travers les villages Palaung

On se lève aux aurores le lendemain matin. Les moines ont commencé leur journée il y a déjà plusieurs heures et tout le monde est actif dans le monastère.

Notre chambre dans un monastère

Pendant l’empaquetage de mes affaires, je fais la connaissance de Nanda Zeya, le plus petit et le plus jeune moine qu’il m’ait été donné de voir. Il est plutôt timide mais j’arrive à le faire marrer et tout le monde est content !

Un très, très jeune novice

On quitte le monastère après avoir fait une offrande (le prix de la nuit) et on laisse derrière nous ce premier village attachant.

Comme on effectue ce trek sur 4 jours, on prend relativement notre temps et c’est plutôt agréable. On traverse de nombreux villages Palaung, une minorité ethnique qui vit principalement dans cet état du Myanmar. Les gens ne sont jamais prévenus à l’avance de notre passage par chez eux. Santi connaît les endroits où il peut s’arrêter pour manger et dormir, contre un peu d’argent, en profitant de l’accueil toujours chaleureux des villageois.

Village sur une crête

Ainsi, le soir du deuxième jour de marche, on a fait étape dans une famille qu’il ne connaissait pas. En 2 minutes, tout le monde rigolait et appréciait franchement la présence des 2 touristes dans leur demeure. Après la douche froide, au bac et au milieu de la cour derrière l’habitation, on dîne simplement. Les discussions avec notre guide qui nous sert aussi d’interprète – il parle birman, palaung, shan et anglais – tourne principalement autour de l’apprentissage de l’anglais pour notre famille d’accueil. Ils s’y mettent tous et répètent les formules de politesse afin de pouvoir recevoir plus facilement d’autres randonneurs. De notre côté, on demande plein de mots de vocabulaire en birman et tout le monde rigole quand on prononce des phrases complètes.

Après les pleurs...

Une heure de pluie

L’exubérant Santi qui déborde de vitalité nous conduit un peu plus haut dans les montagnes avant de redescendre sur Hsipaw. Mais avant de pouvoir terminer notre longue troisième journée de marche, on a eu le droit à un peu de pluie. Pas grand chose : seulement une heure. Mais ça m’a permis de comprendre en voyant les mini torrents de boue se former sur les pistes qu’on empruntaient ce que « saison des pluies » pouvait signifier. Malgré nos équipements anti-déluge, on a fini trempé de la tête aux pieds. Céline accuse le coup mais notre village étape n’est plus très loin. On va pouvoir souffler et apprécier un excellent repas à base de soupes et de fritures.

Notre hôte d'un soir

Par contre, impossible de faire sécher nos pompes. Heureusement qu’il ne nous reste qu’un petit jour à trekker.

Sandy, toujours en forme

Retour à Hsipaw

Comme on se rapproche de la ville, on descend en altitude et on gagne en température. C’est supportable en début de journée, mais il vaut mieux se mettre à l’ombre pendant les heures les plus chaudes pour éviter le coup de bambou. On profite des dernières pauses dans les petits villages juste avant Hsipaw pour offrir des rafraichissements à notre guide qui nous a conduit à bon port.

Après l'effort...

On consacre les quelques jours qu’il nous reste pour nettoyer et faire sécher notre matos. C’est bientôt la fin de notre aventure birmane. On emporte avec nous une cargaison de sourires.

 

, ,

Abonnez-vous !

Recevez les derniers articles du blog directement dans votre boîte mail ou sur votre réseau social préféré !

reception

7 Réponses pour “4 jours de rando à Hsipaw”

  1. Laurent 07/18/2013 à 02:23 # Répondre

    Excellent, je poste un commentaire hier demandant si vous allez à Hispaw et aujourd’hui, un billet sur Hispaw !!
    Bien le bonjour à Mr Book qui a, parait-il, toujours sa boutique à Hispaw.

    • Minorities Report 07/18/2013 à 10:21 # Répondre

      Trop rapide !! J’ai pas eu le temps de répondre à celui d’hier… (ça rame un peu au Bangladesh). Bien d’accord avec toi, Hsipaw était un chouette endroit. Ils se sont tous bien amusés avec le nom de leurs commerces : Mr Food, Mr Book, Mr Charles, Mr Shake, Mrs Pop Corn, Mrs Boat,…

  2. LE MEUR 07/18/2013 à 16:27 # Répondre

    Magnifiques PH0T0S , B0nne c0ntinuti0n

    • Minorities Report 07/18/2013 à 19:09 # Répondre

      Merci les Le Meur !!! On pense à vous souvent… On vous embrasse !

  3. mamcalou 07/20/2013 à 01:50 # Répondre

    oui, super trek! j’adore.
    effectivement on a peine à imaginer en voyant ces visages sereins, qu’il y a peu, cette population vivait dans un climat de conflits.
    Bisous les chéris

  4. Nico 07/22/2013 à 00:30 # Répondre

    Nous nous étions arrêté à Kyaukme pour trekker dans la région. Il va falloir qu’on retourne en Birmanie pour découvrir Hsipaw ! Merci pour ce super reportage.

  5. sophie Latil 09/15/2014 à 16:41 # Répondre

    Bonjour, merci pour ce blog qui donne envie….je souhaiterai partir une petite semaine pour Hispaw. Auriez vous les coordonnées de votre guide Santi. J’en profite pour vous transmettre mon blog: une association que j’ai créée dans l’Etat Shan. http://rougeetor.wordpress.com

Laisser un commentaire