reception
reception

Derniers jours chez les Kiwis

Partis de la ferme, nous avons dormi sur un parking à Picton pour être prêts le lendemain à embarquer dare-dare sur le ferry qui nous ramène sur l’île Nord. Nous décidons de faire un dernier trek pour finir en beauté, l’Alpine Crossing Track.

vue d'ensemble de KareKare

Nous filons ensuite au Nord d’Auckland, sur la plage de KareKare, décor naturel du film « La leçon de piano » où je replonge dans l’ambiance.

La plage

Ce premier mois de voyage s’achève donc gaiement dans un camping de la banlieue d’Auckland, où l’emplacement le moins cher se situe sur un parking de graviers pour 36 dollars la nuit. Ménage de Robinson, ré-empaquetage de nos sacs maison, finition des restes…On est prêts à continuer la route.

Petit retour d’expérience. Sur 30 jours :

4 bouteilles de vin rouge,  30 bouteilles de bière du coin, 10 paquets de nouilles chinoises, 1 guerre nocturne contre des moustiques hyper voraces (50 morts au bas mots), près de 100 boutons de sandflies sur nos corps meurtris, 4000 kms de routes, quelques coups de soleil, beaucoup de sourires échangés, une panne de batterie chez Robinson, pas mal de discussions sur la vie, 2 jours de pluie, 4 baignades, 3 ou 4 très belles rencontres, une entorse, quelques barres de rire, de très beaux couchers de soleil, pleins de supers photos, des randonnées à tomber…

Le premier constat qu’on a fait assez rapidement en arrivant chez les kiwis, c’est que c’est un pays cher. On a cru, un peu naïvement c’est vrai, qu’on aurait moins de frais en étant autonome avec notre van. Première erreur. En effet, même si on a bien dormi dans notre confortable van, il a fallu, quasiment tout le temps, payer un camping pour passer la nuit, prendre une douche (quand il y en avait…) et laver notre linge.

Avoir son propre véhicule veut aussi dire qu’il faut payer l’essence pour le faire rouler. Le gros problème de notre van a été qu’il consommait beaucoup trop (entre 12 et 14 litres pour 100 kilomètres). Comme on n’avait pas vraiment planifié notre itinéraire à l’avance, on a beaucoup roulé, ce qui forcément engendre des coûts. On a souhaité partir en se disant qu’on avait toute la liberté de faire ce qu’on voulait. Au final, on a décidé de faire du wwoofing pour économiser une semaine de carburant et de frais de camping.

Bref , on s’est éclatés tous les deux, on a vécu des expériences uniques mais la conclusion ultime c’est que pour voyager à moindre frais en Nouvelle-Zélande, il faut plutôt opter pour la solution tente, sac à dos et faire de l’auto-stop pour se déplacer. Les personnes qu’on a rencontrées qui avaient adoptées ce mode de voyage en profitaient pour faire de nombreux treks et se reposaient de temps à autres dans une auberge de jeunesse.

Kiwis

Mais même avec ce train de vie, c’est difficile de dépenser beaucoup moins que 100$/jour (soit 62€/jour)…

Alors, on dit adieu à notre pote Robinson, on prend nos cliques et nos claques. Tahitiiiiii, nous voilà!!!!!

, ,

Abonnez-vous !

Recevez les derniers articles du blog directement dans votre boîte mail ou sur votre réseau social préféré !

reception

1 Réponse pour “Derniers jours chez les Kiwis”

  1. Émilie Coquil 01/01/2013 à 04:43 # Répondre

    Même à ce prix là, ça fait toujours rêver….
    Bon repos à Tahiti !!!

    Émi

Laisser un commentaire